Fini, la gestion d’un énorme groupe. Alors, soulagés ? Oui, répondent ces anciens dirigeants qui s’épanouissent en petits commerçants au pas de leur «boutique».

Dominique Bazy, ancien PDG d’UBS France : «Une façon plus enrichissante de travailler»

«Heureux ? Bien sûr !» reconnaît en souriant le président fondateur de Barber Hauler Capital Advisers, une boutique de conseil créée début septembre avec son associé Pascal Hervé. «L’avantage d’une petite structure ? Pouvoir consacrer son temps à réfléchir aux problèmes des clients. Une façon beaucoup plus agréable et enrichissante de travailler», assure-t-il, soulagé de ne plus avoir à gérer une grande maison.

L’ex-bras droit de Jean Peyrelevade au Crédit Lyonnais occupait en effet depuis dix ans les fonctions de patron des activités France et de vice-président d’UBS Investment Bank Europe. Les restructurations de la banque suisse sévèrement touchée par la crise lui ont donné, à 56 ans, l’opportunité de changer de vie. Il n’a pas hésité, déclinant même la proposition de rejoindre la banque Leonardo. L’équipe de Dominique Bazy compte désormais six associés et croule sous les mandats.